Compte-rendu de la 3ème séance «Mystique, arts plastiques et performatifs» [Paris-Diderot, 10 février 2017]

 

Etaient présents : Camille Bertherat, Chloé Bersegeay, Gaëtan Bros, Serge Bonnervie, Clément Langlois, Lydie Parisse, Paola Daniele, Eunbee Kim, Marion Guénard, Andy Peter, Flore Garcin-Marrou, Léo Botton, Lina do Carmo, Nicolas Autheman, Riccardo Raimondo et Fanny Arama.

Cette troisième séance s’est avérée passionnante et originale. Les trois interventions se complétaient parfaitement et ont confirmé la réappropriation post-moderne, ou à tout le moins contemporaine, des pratiques d’expériences mystiques pour exprimer de nouvelles exigences artistiques : sur scène, au théâtre, et en peinture notamment.

Nos deux premières intervenantes se sont penchées sur l’abîme de la question de l’incarnation sur scène pour nous en dévoiler les généalogies mystiques.

Flore Garcin-Marrou a montré comment les artistes de la scène se réapproprient des notions théoriques habituellement propres aux mystiques religieux. Elle s’est demandée dans quelle mesure on peut parler du « corps mystique du comédien » sur scène avec Roland Barthes (1915-1980), auteur de « Le mythe de l’acteur possédé » paru dans la revue Théâtre d’ Aujourd’hui, (mars-avril 1958), Jerzy Grotowsky (1933-1999), auteur de Vers un théâtre pauvre (Paris, L’Âge d’homme, 1971, réédité en 1993), qui veut créer un « sacré laïc au théâtre », et atteindre à la « sainteté » par différents exercices psychiques et physiques. J. Grotowski emploie la formule de « voie négative » empruntée à la théologie et qu’il exploitera pour décrire une technique de l’acteur. Enfin, à travers les écrits de Frank Wedekind (1864-1918) et de Valère Novarina (né en 1947), Flore Garcin-Marrou a pu décrire la scène comme le « sommet d’un fond », le « faîte d’un trou » où le corps de l’acteur se met en danger pour éprouver l’expérience négative propre aux mystiques du passé.

Lydie Parisse est venue présenter le résultat de nombreuses années de recherche sur la question de la réappropriation par les artistes et les écrivains, à partir des années 1820-1830, de l’expérience mystique qui était d’ordre, jusque-là, essentiellement religieuse.

Peut-on parler, pour décrire les pratiques théâtrales modernes et contemporaines qui tentent de représenter l’irreprésentable, d’anti-théâtre ? Des dramaturges comme Claude Régy (né en 1923), Romeo Castellucci (né en 1960) ou Peter Brook (né en 1925) se méfient de cette simplification rhétorique en mettant plutôt en avant l’idée de la scène comme expérience vitale.

Vous pouvez consulter la vidéo « L’art contemporain et la tradition théologique », riche et instructif échange entre Valère Novarina et Amador Vega sur le renouvellement du regard sur des traditions anciennes, autrement dit la réécriture d’expériences mystiques à l’aune de problématiques scéniques et artistiques contemporaines :

https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/art_contemporain_et_tradition_theologique_valere_novarina_amador_vega.19236

Cette vidéo est une captation du séminaire « Passeurs de patrimoine » conçue et animée en octobre 2015 par Lydie Parisse.

Enfin, Grégory Jouanneau-Damance a montré que les tenants de l’art informel dans les années 1950 en France (parmi lesquels on peut citer Picabia, Hantaï, Mathieu, Bryen, et Wols), loin d’être les défenseurs d’un nihilisme artistique annonciateur de la disparition du sacré dans l’art occidental (comme ont par exemple pu le soutenir André Malraux ou François Mauriac), ont au contraire essayé d’ouvrir la voie à des spiritualités inédites. En cela, l’art informel est traversé par des entreprises liées aux expériences mystiques du passé, et Grégory Jouanneau-Damance de tracer une généalogie mystique, de Maître Eckart et Thérèse d’Avila à Simone Weil.

Il est certain qu’après ces interventions qui renouvellent notre regard sur l’expérience mystique, on peut affirmer avec conviction que les arts modernes se libèrent de la théologie en lui empruntant les notions qui lui permettent de mieux se concevoir et de s’élaborer. L’expérience mystique et ses représentants est le tonneau des Danaïdes des pratiques artistiques modernes qui cherchent à proposer de nouveaux modèles d’exploration du monde et de soi.


Fanny Arama

Agrégée de lettres modernes, doctorante à l'Université Paris Diderot, littérature française XIXe, XXe siècles

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *