Compte-rendu de la 1ère séance «Perspectives théoriques» [Paris-Diderot, 14 oct. 2016]

14566415_314532848922018_5410714030917344517_o

*

Etaient présents :
Angelo Careri, Antonio Sotgiu, Erwan Gueret, Paola Daniele, Lika Gordeziani, Jean-François Cottier, Emmanuelle Valette, Enzo Palamara, Anastasios Pallis, Nina Rocipon, Radu Bikir, Louise-Hélène Martin-Belle, Riccardo Raimondo, Florian Audureau et Fanny Arama.

La première séance a permis d’insister le caractère « mouvant » – parce dépendant avant tout d’un contexte historique – de ce qu’on appelle la « mystique » et donc, conséquemment, sur l’objet de nos recherches : l’écriture mystique et le moyen de définir des critères qui puissent la caractériser.

FANNY revient sur la problématique principale de ce séminaire : comment évaluer l’expérience mystique et l’authenticité mystique de cette expérience à travers l’énonciation d’un texte. Interroger, à partir de la tradition mystique, le renouvellement de cette tradition et ses fondements, d’où les termes « représentations » et « réécritures » contenus dans le titre du séminaire. Elle rappelle l’extension du sens du terme « mystique » qui en vient à désigner, au cours des siècles, des réalités bien éloignées du sens premier du terme, ce qui pose la question des sources et des limites de ce qu’on peut légitimement appeler « écriture mystique » dans le cadre de son évolution historique.

RICCARDO insiste, à travers la présentation du projet de Michel de Certeau dans La fable mystique, sur la question de l’énonciation rhétorique de l’écriture mystique.

Il fait un rapide exposé de la figure de « l’interdit » : il est né d’une série d’oppositions, de paradoxes. C’est la figure de style fondatrice de toutes les autres. Il tente de montrer comment cette figure s’énonce à travers « un raisonnement illogique qui tourne à vide » à travers un passage de La Nuit obscure de Jean de la Croix et des Illuminations de Rimbaud.

FLORIAN déclare que si l’on s’interroge sur ce qu’est la mystique, on peut avoir autant de définitions que de personnes interrogées. Il procède à un relevé historique et théorique du terme « mystique ». Il insiste sur le problème que pose l’approche purement littéraire d’un objet qui appartient à l’histoire des religions (« l’expérience mystique »).

Il émet une réserve vis-à-vis de l’idée de faire abstraction de l’histoire des religions et de la philosophie au cours de ce séminaire.

Il pose le problème de l’identification et de la définition de l’expérience : que faire d’un objet aussi fluctuant et évanescent ?

• proposer une définition et s’y tenir tout au long de nos recherches ?

• multiplier les définitions de « la mystique » ?

Référence de prédilection : Plotin, le père du néo-platonisme, 3ème siècle de l’Empire romain : c’est de là que vient notre conception restreinte de la mystique.

XIXème siècle : intérêt qui va se produire pour la mystique. Massignon notamment pour la mystique musulmane.

Début du XXème : pour Lévy Brhul, la pensée mystique est un « universel » ; elle serait présente en chacun de nous.
A la même époque, à partir de W. James, philosophe pragmaticien américain, développement des études sur la mystique à partir de la psychologie. Se posera la question du rapport de la mystique aux états pathologiques, « déclenchés ». Idée que la mystique est un état mental.

Opposition – mystique de soi et de l’immanence Vs – mystique de l’Autre ou de la transcendance : il s’agit d’extase et de sortie en dehors de soi.

Il propose de s’intéresser aux effets de variation et d’essayer de voir dans chaque cas ce par rapport à quoi on se positionne. La mystique : acte énonciatif à situer dans un contexte. Même le silence peut être un acte d’énonciation fort.

Dans les méthodes littéraires, on devrait inclure : la pragmatique, la génétique des textes.

Les interventions des présents ont permis de situer la problématique dans une optique définitivement historiciste : on ne peut nier l’importance du contexte et l’histoire des représentations pour aborder l’énonciation mystique.
Des débats ont suivi la présentation de Riccardo sur le « parler mystique » des textes de Saint- Jean de la Croix et de Rimbaud.

Quelques personnes présentes ont proposé des orientations quant à leurs possibles interventions au cours des prochains séminaires.


Fanny Arama

Agrégée de lettres modernes, doctorante à l'Université Paris Diderot, littérature française XIXe, XXe siècles

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *